Un vin blanc sec, local et propre : Cap… ou pas cap ?

« Un tuyau par mois », soyons honnêtes : c’est un échec. Ca ressemblait trop à un effet d’annonce du gouvernement ! Mais je ne cherche vraiment qu’à partager ici les meilleures petites pépites découvertes et d’un bon rapport qualité prix, les bouteilles que j’aurai toujours à la cave et dont je ne me lasserai jamais. La haute-couture des-bons-tuyaux, la plomberie d’un hôtel de luxe, le pantalon ajusté du plombier raffiné ! … Et manque de bol, les vendanges ont laissé peu de temps à la découverte et la dégustation, et ce satané Covid nous empêchent désormais de traîner dans les bars à vins… Mais je vais me rattraper rapidement !

Pour se venger, on remplit donc la cave qui se vide trop rapidement et on profite de découvrir d’autres vins au resto, plutôt qu’au domaine… Et cette fois-ci, cette bouteille fut dégustée pour la première fois au resto « Le Rocher de la Vierge » à Toulouse… et désormais, elle se trouve dans la cave… D’autant qu’on est sur un produit local ! Et ce qui est certain, c’est que j’irai mettre le nez au domaine dès que cela sera possible.

Ce domaine, c’est le domaine Cinq Peyres (ou V Peyres). La cuvée dégustée, c’est Cap de Baux, alliance de deux cépages : le Mauzac et le Loin de l’Oeil, un cépage rare qu’on ne trouve quasiment qu’à Gaillac. Pour la petite anecdote, le cépage Loin de l’Oeil est appelé comme tel car le pédoncule de la grappe est si long qu’il est loin du bourgeon, l’ « œil » dans le vocabulaire viticole. Le Mauzac, quant à lui est également le cépage de la blanquette de Limoux ! C’est un cépage indigène de Gaillac.

Indigène, pas indien !

Bref, on est sur un produit local du Sud-Ouest, un AOP Gaillac blanc sec.  Un vin très aromatique sur des notes de miel, une belle acidité avec un peu de gras, généreux et rond, et de la longueur en bouche ! La serveuse nous avait prévenu : on se croirait en Bourgogne… ! C’est étonnant, et on y revient très vite. D’ailleurs, on a bu toute la bouteille rapidement…

Pour le domaine, c’est une ferme viticole « vivante et équilibrée » pour reprendre les mots du vigneron, de 25 ha dont 12 de vignes, cohabitant avec flore et faune locales, animaux, potagers, vergers et ruchers.  Il faut noter qu’en plus, c’est propre et sans intrant : label AB depuis 2008 et sur les principes de la biodynamie (j’y reviendrais sans doute dans un prochain article pour faire la différence entre l’agriculture « conventionnelle, raisonnée, biologique et biodynamique »).

Voilà, n’hésitez pas et comme dirait Pierre Bellemare « le prix de cet incroyable bouteille est seulement de 17,50 €, TTC Maryse ! »

Domaine Cinq Peyres, Cuvée Cap de Baux, AOC Gaillac.