S01E13 : Et alors, tu veux une médaille…?

Et pourquoi pas ?! C’est toujours bien de récompenser les bons élèves… Chaque année, le salon de l’agriculture récompense les agriculteurs au concours agricole pour de nombreux produits, au total 35 catégories, parmi lesquelles la bière, l’huile de noix, mais surtout, et c’est pour ça que j’en parle, le vin.

Il y a quelques mois, j’étais initiée pendant une journée à Paris avec une vingtaine d’autres personnes à l’évaluation sensorielle des vins, autrement dit la dégustation, afin de participer au concours général agricole et de décerner ces fameuses médailles. Cette formation existe également pour les autres produits dont je parlais ci-dessus et permet donc aux jurés de mieux connaître les produits qu’ils évaluent. Elle est, à mon sens, essentielle pour les amateurs.

Et comme dirait l’autre… « soyez fiers d’être amateurs ! »

Il y a 10 jours, j’ai donc pu participer à deux sessions de dégustation, le samedi et le dimanche matin à 10h, après un petit moment câlin aux Golden Retriever du pavillon 7.1 #coeuraveclesdoigts On me remet d’abord une enveloppe, avec deux invitations, mon badge de jurée avec mon numéro de table de jurés (Vins de Loire le samedi et vins de Bourgogne le dimanche) et un bon pour un cadeau mystère…

Je vais attendre ensuite patiemment l’accès aux tables de dégustation comme tout le monde. Tout le monde car nous sommes très nombreux, au minimum 500 personnes à vue d’œil qui viennent de toute la France. J’entends d’ailleurs des gens qui râlent « Ouiiii, alors môôôi, j’ai pris le train à 5h ce matin, c’est inaceptââble, on nous fait attendre 30 minutes debooouuut, et puis il fait chauuud » Mais TA G…… ! Cette activité est volontaire et bénévole, donc si tu veux tu viens pas. #jerâledoncjesuis #sportnational Je remarque également un public très masculin autour de moi, difficile de ne pas le remarquer, je dénombre environ 1,5 femmes pour 10 hommes (pas à cause d’un grand nombre de cul-de-jatte mais parce que c’était plus qu’une, mais pas deux non plus). Ce sera un peu moins le cas le dimanche, vas savoir pourquoi ! … Et là vous me voyez venir parité/médaille => César => Polanski (et je pourrais encore aller plus loin, jusqu’au point Godwin). Mais non, toutes les meilleures blagues ont déjà été faites sur le sujet. Toujours est-il que le monde du vin a vraiment tendance se féminiser…mais pas aujourd’hui. J’y reviendrai sans doute un jour avec un autre article quand j’aurais cumulé trop d’offenses sur les vins « féminins », sur la carte des vins tendue à Monsieur plutôt qu’à Madame (ils doivent être bien emmerdés les mauvais serveurs en cas de couple lesbien), ou une énième idée reçue qui finit toujours par tomber mais petit à petit. Heureusement, les choses bougent avec des personnalités comme Pascaline Lepeltier (#fromlaRochelle), meilleure sommelière de France, meilleure ouvrière de France mention sommellerie et personnalité de l’année par la RVF en 2019 ou encore Ophélie Neiman, journaliste et blogueuse dans le monde du vin, sans compte le nombre grandissant de vigneronnes.

Bref. Les jurés retrouvent donc rapidement leur table de dégustation après qu’on nous ait autorisé l’accès et très rapidement je m’installe à la mienne, sur laquelle sont disposées…13 bouteilles de Muscadet ! #viensboireunp’titcoupàlamaison Le lendemain, ce seront 16 échantillons de Chablis 1er cru qui ne manqueront pas d’être surprenants par leurs qualités… et leurs défauts. Et…. pour me faire mentir : notre table sera composée de 6 jurés : 2 hommes et 4 femmes. Un jeune étudiant en BTSA viticulture-oenologie, un vigneron et une vigneronne de l’appellation Muscadet, une oenologue qui exerce sur l’appellation Muscadet et une amatrice moins avertie, consommatrice lambda. Le lendemain, la table sera composée de personnes disposant des mêmes compétences.

Pour les deux journées, on a procédé de la même manière. Personne n’a le droit de se déplacer, ni de discuter avec les autres tables et un animateur/modérateur est désigné dans le dossier que l’on nous remet en arrivant (ce sera l’œnologue pour notre table). Ce dossier contient également nos feuilles de dégustation, un petit aide-mémoire de l’appellation et le vocabulaire de la dégustation pour que l’on puisse être un peu raccord pour les moins avertis.

Ensuite, débute la dégustation en silence où chacun notera les vins jusqu’à la troisième/quatrième bouteille. Puis, retour au premier échantillon, histoire de se recaler et de voir si on est partis sur une bonne base de notation. Il pourrait d’ailleurs être intéressant d’avoir une « base-type », une sorte de « témoin » sur lequel se baser pour noter le reste ensuite. Et on repart sur toutes les bouteilles jusqu’à la dernière pour mettre ensuite nos notes en commun et faire ressortir les échantillons qui méritent leurs médailles. Les deux dégustations auront été assez consensuelles, nous sommes vite tombés d’accord sur les échantillons qui devaient être récompensés : deux médailles d’or, une d’argent et une de bronze pour les Muscadet. Moins de médailles furent décernées le lendemain aux Chablis 1er cru, plutôt décevants pour cette appellation. Mais nous n’étions pas les seules tables sur les AOC Muscadet et Chablis 1er cru, d’autres médailles ont donc été décernées. Il reste alors à écrire quelques mots sur chaque vin, une synthèse descriptive en quelque sorte, qui justifie les médaillés et les non-médaillés. C’est l’animateur-modérateur qui s’y colle. Les participants au concours peuvent d’ailleurs avoir accès à cela pour comprendre pourquoi ils ont eu (ou pas) une médaille.

Après avoir échangé sympathiquement avec tout le monde – et puis on commence à avoir faim quand même parce qu’il est… 13h ! – on remet notre petit dossier au Commissaire qui s’occupe de notre zone et tout le monde s’éparpille.

Ah, et le cadeau mystère, le voilà.

Le mystère maintenant, c’est surtout ce que je vais en faire…

C’était une belle expérience que je renouvellerai sans doute, car elle permet de découvrir ou de redécouvrir des appellations, de discuter avec d’autres personnes et de créer du réseau, d’affiner sa dégustation et de picoler à 10h du matin sans aucun scrupule.

Mais noooon, on a tout recraché (ce qui n’est pas le cas de tout le monde apparemment quand on regarde autour de soi, au sein même du salon !)

Bien à vous (avec modération),

Amélix #venividi….vini

One Reply to “S01E13 : Et alors, tu veux une médaille…?”

  1. Merci pour ta restitution, j’ignorais qu’on pouvait se former pour ce genre de dégustation, du coup je regarderai avec moins de suspicion les médailles figurant sur les bouteilles ! 👏🏻

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s