S01E02 : C’est l’histoire d’une fille qui va peut-être changer de lieu de stage.

Voilà, ça c’est fait. Arrivée à la Rochelle.. Je vous épargne les photos de pieds au soleil dans le sable au bord de la mer. Une reconversion qui commence plutôt pas mal, ma foi. C’est une autre histoire pour mon foie, encore affecté par les séquelles des 78 soirées « pot de départ » toutes aussi chouettes les unes que les autres. Je repars avec un nouveau cartable dans lequel je vais fièrement emmener à l’école mes belles bouteilles de vin du château Amélix, cuvée de la Loutre, un très beau livre « le nez du vin », 24 arômes pour apprendre à reconnaître les arômes, un tire-bouchon et de quoi conserver les bouteilles entamées. On ne va plus être obligés de les finir. Mince alors.

Je suis repartie avec de belles attentions également, poétiques et créatives…

Je suis également repartie sans ma dignité mais ça, je m’en doutais.

Bref, j’ai été incroyablement gâtée (sans parler de la cagnotte permis bateau/stage de voile, c’est indécent et ça n’a aucun rapport). 1000 #merci #coeuraveclesdoigts

Revenons-en au fait : mon dossier pour le BTSA viticulture-oenologie est parti et j’ai rendez-vous avec Paul Emploi le 31/07/19 pour lui expliquer tout ça. D’ailleurs, on me demande souvent « et donc, tu vas faire quoi après…? »

Pour rappel, ce diplôme a pour objectifs de former de futurs cadres des entreprises viti-vinicole et de donner une réelle connaissance de la pratique de la viticulture et de l’œnologie. Une poursuite d’études peut-être envisagée mais voici les principaux métiers auxquels ce diplôme donne accès :

Responsable de culture, il assure des fonctions de production : obtention des plants, plantation d’une vigne et conduite du vignoble : protection de la vigne, récolte des raisins de cuve ou de table, contrôle de la qualité ;

Responsable de chais ou de cave, il assure des fonctions de transformation : vinification et élevage des vins, mise en bouteilles, transport… Il réceptionne les produits à transformer en tirant parti des qualités du terroir et des cépages, afin de produire la meilleure qualité possible.

Commercial, il assume aussi des fonctions de gestion et de commercialisation, notamment s’il est régisseur d’une entreprise ;

Exploitant, il est à la fois producteur, transformateur, commercial et responsable du pilotage et de la conduite de l’entreprise, une situation généralement qualifiée de complexe mais aussi reconnue comme difficile.

Pour ma part, mon intérêt se porte plutôt sur un poste de responsable de chais ou de cave. On verra après le stage à réaliser au sein d’une exploitation viti-vinicole que j’étais partie pour réaliser à Lussac (33) mais qui va peut-être se réaliser sur… l’île de Ré !!!

Qui est-ce ? (j’avais prévenu pour les jeux de mots dans l’article précédent)

L’œnologue de l’île de Ré ayant repris contact, il est possible que mon stage se déroule chez un vigneron et à la coopérative de l’île de Ré, ce qui me permettrait d’y rester presque « en alternance » sur plusieurs mois sans logistique de transport (ou presque). Parce que OUI, il existe de nombreuses vignes sur l’île de Ré, où sont élaborés des vins blancs, rouges et rosés, mais aussi du Pineau des Charentes et du Cognac…

To be continued… D’ici là, j’aurais sans doute ensuite un article à présenter sur les vins de Géorgie, d’Albanie ou d’ailleurs !